Contenu du projet

Le projet vise à étudier la vulnérabilité du réseau ferré à grande vitesse (ICE, TGV) franco-allemand faisant partie de l'infrastructure critique « transports » dans le contexte de la menace terroriste et à en déduire des mesures destinées à améliorer sa résilience.

Le terme résilience désigne ici la capacité du réseau à grande vitesse de maintenir des fonctions et états de système essentiels, y compris pendant et après l'exposition aux dangers, et de rétablir rapidement les fonctions perturbées. La résilience est améliorée par :

  • les mesures de prévention des risques ;
  • l’adaptation des exigences sécuritaires à l'évolution des menaces ;
  • la réduction de la vulnérabilité ;
  • la préparation à la maîtrise rapide et durable des répercussions d'un attentat par l'emploi souple et efficace du système d'intervention.



improve resilience

En règle générale, l'amélioration de la résilience conduit à la réduction du risque (voir schéma). La vulnérabilité est déterminée par l'exposition, la fragilité et la capacité de maîtrise.
L'exposition décrit les éléments de risque (personnes, objets, installations) qui sont exposés dans l'espace et dans le temps à une menace.
Fragilité signifie qu'un élément exposé à un risque peut être endommagé en cas de survenance d'un événement (attentat). Enfin, la capacité de maîtrise désigne l'emploi des possibilités et ressources disponibles afin de faire face aux répercussions d'un attentat.

Les études sont menées dans le cadre d'une approche globale basée sur des scénarios. Elles analysent un vaste éventail d'attentats terroristes possibles contre des cibles (trains, infrastructures, personnes) du réseau franco-allemand à grande vitesse et examinent quelles sont les mesures de sécurité susceptibles non seulement d'améliorer la prévention mais aussi d'atténuer les répercussions d'un attentat.

Français